Les Soirées DiVINes sont là avant tout pour faire la promotion du savoir-faire de nos vignerons. Quoi de plus logique alors de leur donner la parole à l'heure du bilan. Nous avons donc demandé son avis à Pierre Calmel, président de la Cave Coopérative des Vignerons de Sérignan et président des IGP Coteaux de Béziers...entre autres !
 

Pierre Calmel est vigneron exploitant depuis 2013. Président depuis 2018 de l’IGP Coteaux de Béziers qui regroupe une quarantaine de caves du grand biterrois. Vice-Président de la Fédération des IGP de l’Hérault depuis 2019, trésorier à Hérault Tourisme depuis 2020 et Président de la Cave coopérative des vignerons de Sérignan depuis juin 2020.

Tu peux te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Je suis vigneron exploitan depuis 2003 et je dépends de la cave coopérative des vignerons de Sérignan. Au niveau de mon exploitation j’ai 18 hectares et mon père en a 22 du coup on exploite ensemble 40 ha et on a une palette assez large de tous les cépages qui se font dans le coin en rouge , en blanc et en rosé.  
En terme de gouvernance à la Cave coopérative de Sérignan, on a eu un changement de Présidence - où j'ai la chance d'avoir été élu - et de Vice-Présidence et on a aussi pas mal de jeunes qui ont intégré le Conseil, avec pas mal de nouveaux projets.

On aimerait développer le caveau, la vente directe, car on a un caveau qui marche super bien, c’est le meilleur caveau sur un site de l’Hérault. Mais on pourrait faire beaucoup plus, et ça ça passe par la communication, par une mise en avant qu’on ne faisait pas forcément jusqu’ à maintenant.  Donc on doit refaire le caveau, la structure, ensuite au niveau de la réception de la vendange, on a pour projet de tout réaménager, les quais de réception et le matériel qui suit derrière pour produire des vins qui correspondent encore plus à la demande du consommateur au niveau qualitatif.

Quels sont les types de vins proposés à la dégustation lors des Soirées Divines ?

Pour les Soirées Divines, à la dégustation on est partis sur nos trois bi-cépages en IGP coteaux de Béziers : Chardonnay viognier en blanc, grenache cinsault en rosé et en rouge cabernet syrah, plus le muscat sec qui est notre "produit phare" et qui est connu dans tout le biterrois et même au niveau national !

On est partis sur ces 4 bouteilles car on voulait des vins faciles à boire pour ces soirées avec beaucoup de tapas. Ce sont des vins faciles à boire pour l’été, qui sont souples et qui correspondent à la demande du consommateur. Sur notre gamme de 14 produits, on a tourné avec les 4 produits les plus à même de satisfaire notre clientèle.

Quels sont tes retours d’expériences, les points positifs ou à améliorer sur l’organisation de ce cycle événementiel ?

"Je dirai que 25 % de nos visiteurs nous ont connu via les Soirées Divines !"

En terme de retours d’expériences sur les Soirées divines, globalement c’est une belle saison, on ne s’attendait pas à ça il faut le reconnaître. Au mois d’avril on aurait signé pour faire une saison comme celle qu'on a fait. Que ce soit lors des Soirées Divines ou pour nous même au caveau de Sérignan où on fait une super saison !

Tous les vignerons du biterrois sont contents en général, ils sont même enchantés de l’opération ! Là je réponds avec ma casquette de Président des Coteaux de Béziers. Tous les vignerons reconnaissent que ça nous apporte énormément, ça nous fait de la pub ! On prend surtout ces soirées comme un support de communication et l'on compte sur les retours caveaux. Et là oui, ça "matche" !

Pour les Jeudis de Béziers sur les Allées ça a été top, il faut le reconnaître ! Il y eu une fréquentation énorme et beaucoup de retours au caveau de gens qui étaient sur Béziers. Il y a eu pas mal de locaux mais on a eu quand même des touristes contrairement à l’an dernier où on avait peu de touristes qui revenaient chez nous à Sérignan.

Par contre pour les Mardis de Valras, c’est une saison en demi-teinte parce qu’il y a eu la délocalisation, c’est le point négatif et c’est ce qui a fait baisser je pense la fréquentation. Après c’était bien installé, c’était bien mis en place mais c’est la délocalisation au Casino qui a ramené moins du monde. Mais on a quand même eu des retours, comme on est vraiment proches à Sérignan, on a eu pas mal de retours sur le caveau. C’est difficile de savoir combien de retours on a eu exactement mais quand on interroge les gens sur la quarantaine de personnes que l'on reçoit lors de visites, on leur demande comment ils nous ont connus. On pose aussi la questions sur nos différents supports de communication et il y a eu quand même pas mal de retours sur les Soirées divines. Je dirai 25 % de nos visiteurs qui nous ont connu via les Soirées Divines.

Quels type d’échanges avez-vous eu avec les visiteurs lors de ces soirées de dégustation ?

"Les gens s’intéressent à nos métiers et nos produits et ça c’est positif !"

Pour le public, on se rend compte que de plus en plus de gens deviennent connaisseurs entre guillemets et ça leur plaît. Ils montrent un intérêt important maintenant pour le vin. C’est bien tant mieux pour nous !

Ils nous posent beaucoup de questions, des questions bien précises sur les procédés de vinification, sur des choses assez techniques contrairement à 6 ou 7 ans encore où on a commencé ce genre de soirées. C’’était plus pour déguster uniquement. Sur Béziers, les deux dernières années, c’était plus de la consommation, on avait pas trop le temps d’échanger. Les gens ne prenaient pas trop le temps d’échanger, ils voulaient boire un coup, ils étaient dans l’ambiance, ils faisaient la fête. Mais cette année je trouve que les gens se sont plus intéressés et ont posé plus de questions sur Béziers. Et à Valras c’est plus comme ça depuis le début : les gens s’intéressent à nos métiers et nos produits et ça c’est positif !

En point négatif à Béziers, il n’y a rien à rajouter. A Valras c’est la délocalisation. Après la mise en place il n’y avait rien à dire, c’était nickel, tout est bien fait !

Repères-tu une évolution du profil des publics accueillis lors des Soirées Divines ?

Alors moi je trouve qu’il y a de plus en plus de jeunes et c’est un bonheur ! Il y a de plus en plus de jeunes qui s’intéressent et qui sont connaisseurs comme on a dit tout à l’heure. Ce sont des jeunes à partir de 18 ans alors qu’avant on avait pas ce type de clientèle. Ça c’est le point positif et on le voit aussi au caveau lors de nos soirées estivales du mercredi à la cave. Je pense qu’il y a une prise de conscience de la part des jeunes sur la consommation de vin ou de bière, à défaut des alcools plus forts, qui se marient mieux avec des soirées tapas. C’est plus convivial autour d’un verre de vin, c’est ma façon de penser. Ce sont des choses simples mais efficaces.

Quel est ton avis sur la stratégie et les supports de communication dédiés aux Soirées divines ?

C’est quelque chose de rôdé maintenant pour moi . Ça a été un peu difficile en début à Valras-Plage par rapport à la délocalisation, on en revient toujours au même constat. Mais non après c’est rôdé, la pub est nickel , il n’y rien a dire. Peut-être mettre un peu plus l’accent sur la radio, sur Skyrock, sur le local . Après ça a été bien relayé sur les réseaux sociaux, c’est nickel !

Pour terminer, aurais-tu des suggestions pour améliorer le cycle événementiel des Soirées divines ?
 

"On fait parti du Top 5 je pense des belles soirées estivales de la région"

Sur Béziers, je trouve qu’il n’y a pas besoin de modifier grand-chose. Enfin ça c’est mon avis puisqu’il y a la musique, y’ a un bon choix de restaurateur, un bon nombre de vignerons, une belle déco. C’était super ! 

Sur Valras-Plage il faudrait un peu plus d’animations peut-être des groupes pour attirer plus de monde. Mais le lieu est compliqué. Là où on était avant au poste de secours, c’était bien, franchement c’était top ! Parce que déjà on récupérait la clientèle qui rentrait de la plage, et on ne concurrençait pas trop les restaurateurs. Parce qu’après les restaurateurs nous disent que ça leur fait de la concurrence, moi je ne pars pas sur cette idée ! Parce que quand les gens viennent aux Soirées Divines, ils boivent l‘apéro mais après ils vont manger au resto ! Ça se passe sur beaucoup de soirées comme ça !

D'une manière plus globale, il faudrait aussi veiller à l’équité en matière de participation et de contribution financière pour les Soirées Divines ; Que ça soit proportionnel entre les différents domaines et coteaux (Béziers, Enserune, Thongue). Il faut valoriser aussi les domaines historiques qui ont joué le jeu quand on s’est lancé. Ceux qui se sont inscrits dès le début quand il n’y avait personne qui voulait venir au début de l’opération. Ceux là il faut les valoriser.

Mais après je trouve que c’est une belle vitrine des vins du biterrois. Et je pense que dans la région, ça fait partie des belles soirées qui drainent du monde. Pour en parler au CIVL (Conseil Intercommunal , où on parle un peu de tout le Languedoc), ça fait partie des très très belles soirées de la région. On fait partie du Top 5 je pense des belles soirées estivales de la région ! Moi je suis pour qu’on les continuent , et ce pour un bon nombre d’années encore !