Non, la Méditerranée n’est pas une « gentille piscine » où l’on se dore en regardant passer les sardines : tous nos « gars du port » le démontrent.

Préserver la mémoire des lieux, des habitants, des moments, en cultivant la légèreté et une pointe d’humour -pour mettre « le grave » et le « tragique » à distance-, c’est un peu la marque de fabrique des gens d’ici. Une certaine « fermeté d’âme » en fait, cachée sous des dehors bonhommes et rigolards. Mais surtout la mémoire, c’est « une histoire d’humains », qui font face à la puissance des éléments, aux coups de Trafalgar de l’Histoire, bon sang !

EPISODE 2 : les saisons de la mémoire

Pierrot Lagarde avait 10 ans au début de l’Occupation de Valras-Plage, en 1940, sacrée histoire…
Patrick Toustou lui, conte – avec gourmandise – les déboires de l’équipage du plus gros remorqueur des côtes françaises, l’Abeille-Flandre, à leur arrivée en Méditerranée : avis aux arrogants qui prennent la « Mare Nostrum » pour un « baquet de flotte » !

Laurent Belmonte lui, maître du port de Sérignan, rend hommage à ses collègues, à leur dévouement, à leur modestie.

Monique

Comme un chat, elle a eu plusieurs vies, ici et là, vécu des histoires et des moments d'histoire. Mais toujours elle a cherché, dans les regards, les sourires, dans les mots comme dans les livres, archives des pays, territoires, villes qu'elle a parcourus, à saisir "la substantifique moëlle" (chère à Rabelais) des lieux et des hommes. Et qu'est-ce qu'elle aime les raconter, ces histoires, grandes et petites...